Cul Noir de la Tomate : Alternariose ou Stress hydrique – Traitement & Prévention

La tomate peut souffrir de plusieurs pathologies pour des raisons diverses. Parmi elles, on retrouve la maladie du cul noir ou nécrose apicale, souvent confondue avec l’alternariose.

Cependant, contrairement à cette dernière, le cul noir n’est pas vraiment une pathologie. Il est donc important de mieux comprendre ces différents problèmes de la plante, afin d’effectuer des traitements adéquats.

Quelles différences entre le cul noir de la tomate et l’alternariose ?

La maladie du cul noir de la tomate a des symptômes qui s’apparentent à ceux de l’alternariose. Ainsi, si vous ne connaissez pas les différences entre ces deux pathologies, vous pouvez facilement vous y tromper.

La nécrose apicale est causée par une présence insuffisante de calcium dans les fruits. L’alternariose quant à elle est causée par le champignon « Alternaria solani ». Le cul noir est identifié par la présence d’une tache sombre sur le bas du fruit. L’alternariose attaque le fruit du côté du pédoncule, par l’attache de la tomate.

La tache généralement creuse et sèche due à la nécrose est de couleur verdâtre dès son apparition. Plus tard, lorsque le fruit mûrit elle vire de la couleur glauque à une couleur noire. Les taches dues à l’alternariose sont grises sur la tige et brunes sur le fruit. Elles ont également une auréole jaunâtre qui les entoure.

Comment traiter l’alternariose de la tomate ?

Le traitement de l’alternariose existe en soins préventifs et curatifs. Les soins curatifs sont à appliquer dès que la maladie est diagnostiquée pour plus d’efficacité. Commencez le traitement par l’élimination des feuilles atteintes. Traitez ensuite les plantes avec un antifongique efficace, à une cadence fixe, tous les 7 à 10 jours sur les plantes sèches.

Vous devez utiliser les produits conformes aux normes avec mention « Emploi autorisé en Jardin ». À défaut, utilisez la bouillie bordelaise, ou la décoction d’ail, qui sont des antifongiques bios très efficaces. Si l’épidémie est très avancée, il serait mieux d’enlever les plantes et de les brûler.

Pour prévenir cette pathologie, utilisez des semences saines. Espacez les plants pour empêcher la contamination éventuelle. Prenez soin de toujours désinfecter le matériel utilisé pour tailler les plants. Prévoyez également un paillage au sol. Faites aussi, tous les 3 jours, des pulvérisations de décoctions d’ail quand le temps est propice.

Comment traiter le cul noir de la tomate ?

Le traitement de la maladie de la nécrose apicale existe uniquement en soin préventif. Vous devrez éviter cette maladie au lieu de vous en occuper. La prévention de ce mal consistera à adopter une pratique culturale adéquate.

La première chose à faire est de bien travailler la terre afin de la rendre plus drainante. Cette précaution rendra la présence de l’eau beaucoup plus proportionnelle pour défavoriser le développement des maladies. Utilisez des cendres de bois pour rééquilibrer le sol. Vous pouvez aussi élever le lit de culture.

Ensuite, vous devrez apporter à la terre des fertilisants adéquats. Pendant la transplantation des plants, utilisez de la matière organique pour améliorer la capacité de rétention d’eau du sol. Donnez à la plante du calcium (coquilles d’œufs broyées, farines minérales). Veillez également à limiter les apports d’azote et de potassium de la plante. Enfin, arrosez modérément et copieusement les plants.

Peut-on manger des tomates avec des taches noires ?

La nécrose apicale est un problème physiologique de la tomate. Elle n’empêche donc en rien que le fruit soit comestible. Vous devrez tout de même retirer la partie noire avant de manger votre tomate qui sera toutefois moins appétissante. Les personnes qui préfèrent les fruits sains peuvent ne pas manger les tomates tachetées de noires.

Dans certains cas, il serait beaucoup plus sain de jeter les tomates qui présentent des points noirs. Par exemple, lorsque le fruit est trop atteint, ou pourrit sous l’effet de la maladie, jetez-le carrément. Autrement, vous risquez de consommer un produit avarié dont le goût est totalement altéré.

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur skype
Partager sur twitter
Retour haut de page